La tribune de Bordeaux

 

Les premier-e-s signataires des établissements,

universités et laboratoires de Bordeaux

 

Dominique Picco, maîtresse de conférences, histoire moderne, Dominique.Picco@u-bordeaux3.fr, UFR humanités, Université Bordeaux- Montaigne

Yves Raibaud, maître de conférences, géographie, chargé de mission à l’égalité femme/homme, IUT Miche-de-Montaigne, Université Bordeaux- Montaigne

Geneviève Sellier, professeure, cinéma, responsable de l’atelier Genre Bordeaux-Montaigne, UFR humanités, Université Bordeaux- Montaigne

Guillaume Le Blanc, professeur de philosophie, UFR humanités, Université Bordeaux- Montaigne

Nicole Ollier, professeure, Littérature américaine, UFR Langues et civilisations, Université Bordeaux- Montaigne

Christophe Pébarthe, maître de conférences, histoire grecque, UFR humanités Université Bordeaux- Montaigne

Carole Carribon, maîtresse de conférences, histoire contemporaine, UFR humanités Université Bordeaux- Montaigne

Kamala Marius, maîtresse de conférences, géographie et études de genre, UFR sciences et territoires de la communication, Université Bordeaux- Montaigne

Pascale Sardin, professeure anglais, UFR Langues et civilisations, Université Bordeaux- Montaigne

Pierre Katuszewski, maître de conférences études théâtrales, UFR humanités Université Bordeaux- Montaigne

Marie-Lise Paoli, maîtresse de conférences, études anglophones, UFR Langues et civilisations, Université Bordeaux- Montaigne

Véronique Béghain, professeure, études anglophones, UFR Langues et civilisations, Université Bordeaux- Montaigne

Géraldine Puccini, maîtresse de conférences, langues et littératures anciennes, UFR humanités, Université Bordeaux- Montaigne

Christine Lévy, maîtresse de conférences, japonais, UFR Langues et civilisations, Université Bordeaux- Montaigne

Alexandre Péraud, maître de conférences lettres, UFR humanités, Université Bordeaux- Montaigne

Véronique LARCADE maîtresse de conférences Histoire moderne, UFR humanités, Université Bordeaux- Montaigne

Martine Charageat, maîtresse de conférences histoire médiévale, UFR humanités, Université Bordeaux- Montaigne

Kim Sang ONG-VAN-CUNG, professeure de philosophie, UFR humanités, Université Bordeaux- Montaigne

 

Magali Della Sudda, CR Sciences politiques, CNRS/Centre Emile Durkheim (contact : magali_ds@hotmail.com)

Béatrice Jacques, MCF Sociologie, Université de Bordeaux/Centre Emile Durkheim

Emmanuel Langlois, MCF Sociologie, Université de Bordeaux/Centre Emile Durkheim

Yamina Remichi Meziani, Doctorante en Sociologie, Université de Bordeaux/Centre Emile Durkheim

Christine Larrazet, MCF Civilisation Américaine, Université de Bordeaux/Centre Emile Durkheim

Frédéric Neyrat, MCF Sociologie, Université de Limoges/Centre Emile Durkheim.

Cécile Vigour, CR Sciences Politiques, CNRS/Centre Emile Durkheim

Yves Déloye, PU Sciences Politiques, Institut d’études politiques de Bordeaux/Centre Emile Durkheim

Patrice Godier, Enseignant ENSAP/Centre Emile Durkheim

Xabier Itçaina, CR Sciences politiques, Centre Emile Durkheim

Marion Paoletti, MCF Sciences politiques, Université de Bordeaux/Centre Emile Durkheim.

Daniel Compagnon, PU Sciences politiques, Institut d’études politiques de Bordeaux/Centre Emile Durkheim.

Anais Théviot, doctorante Sciences Politiques, Institut d’études politiques de Bordeaux/Centre Emile Durkheim.

Sandrine Rui, MCF Sociologie, Université de Bordeaux/Centre Emile Durkheim.

Joël Zaffran, MCF Sociologie, Université de Bordeaux/Centre Emile Durkheim

Ronan Hervouet, MCF Sociologie, Université de Bordeaux/Centre Emile Durkheim

 

Tribune Atelier genre

Pour en finir avec les idées reçues.

Les études de genre, la recherche et l’éducation : la bonne rencontre

 

Des enseignant.e .s et chercheur.e.s de l’université de Bordeaux réagissent

 

 

Depuis quelques jours, les élèves et les parents d’élèves sont sollicités par des mails et des SMS provenant d’associations qui propagent la rumeur selon laquelle, parce que « le genre » est introduit dans les programmes scolaires, leurs enfants seraient en danger à l’école. Non seulement cette manœuvre de déstabilisation des parents est révoltante (les enfants ont été privés d’école) mais de plus cette rumeur est mensongère.

 

NON, les enfants ne sont pas en danger. Le genre est un concept pour penser des réalités objectives. On n’est pas femme ou homme de la même manière au Moyen-Âge et aujourd’hui, on n’est pas femme ou homme de la même manière en Afrique, en Asie, dans le monde arabe, en Suède, en France ou en Italie, selon qu’on est cadre ou ouvrier. Le genre est un outil que les scientifiques utilisent pour penser et analyser ces différences.

 

OUI, les programmes scolaires invitent à réfléchir sur les stéréotypes de sexe, car l’école, le collège, le lycée sont le lieu où les enseignants promeuvent l’égalité et le respect mutuel, où les enfants apprennent le respect des différences (culturelles, sexuelles, religieuses).

 

OUI, l’école est le lieu où l’on permet à chacun, par les cours de français, d’histoire, de SVT, d’éducation civique, d’éducation physique, de réfléchir sur les conséquences néfastes des idées reçues et d’interroger certains préjugés, ceux qui ont fait que pendant des siècles un protestant ne se mariait pas avec une catholique, ceux qui font que l’on insulte encore aujourd’hui une ministre à cause de sa couleur de peau, ceux qui font que des petits garçons sont malmenés aux cris de « pédés » dans la cour de l’école, ceux qui font que Matteo n’osera jamais dire qu’il est élevé et aimé par deux mamans, ceux qui font qu’Alice veut mourir car on la traite de garçon manqué, ceux qui créent la haine et la discorde.

 

Les études de genre recouvrent un champ scientifique soutenu par le Ministère de la recherche et de l’enseignement supérieur et le CNRS, et elles ont des utilités nombreuses dans l’éducation et la lutte contre les discriminations : ces études et ces travaux existent à l’université depuis longtemps.

 

Dans les universités de Bordeaux des enseignants et chercheurs travaillent autour de ces questions dans presque toutes les disciplines, organisent des formations et participent à la vie publique pour permettre aux enfants, citoyennes et citoyens de demain, de construire un monde plus égalitaire et plus harmonieux dans le respect des différences de chacun. Les études de genre, la recherche et l’éducation sont une bonne rencontre qu’il faut encourager.

chleuheasy |
Entraide Maroc 2014 |
Mouvementdessarrasins |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Bercantour
| Le bonheur,une chance pour ...
| Seremange-Erzange passionné...